Comment récupérer votre ex évitant lorsque vous êtes si anxieux

Si vous vous êtes déjà demandé comment vous pouvez récupérer un ex évitant lorsque vous êtes extrêmement anxieux, alors vous êtes au bon endroit. La semaine dernière, j'ai eu l'occasion d'interviewer Grace, l'une de nos réussites du programme, sur la façon dont elle a réussi à reconquérir son ex.

Ce qui était intéressant, c'est comment elle a mentionné que la clé de son succès était de maîtriser ses comportements anxieux.

C'est quelque chose que nous avons beaucoup étudié ces derniers temps et nous pensons que c'est peut-être la clé cachée de votre succès. Surtout si vous identifiez votre ex comme étant extrêmement évitant.

Mais ne me croyez pas sur parole.

Prends la sienne!

Comment elle a retrouvé son ex évitant alors qu'elle était si anxieuse

Chris Seiter:
Hey. Nous y voilà. Aujourd'hui, nous allons parler de l'une des réussites de notre groupe de soutien Facebook privé, Grace. Je dois admettre que je fais généralement de nombreuses recherches pour comprendre la situation des gens avant de commencer à leur parler. Je sais où je vais en quelque sorte demander, mais avec Grace, je n'ai plus de temps aujourd'hui. Je vais apprendre pendant que vous écoutez. Comment vas-tu, Grace?

La grâce:
Je vais bien. Comment ça va aujourd'hui?

Chris Seiter:
Occupé, occupé, mais je voulais juste prendre une minute et merci beaucoup d'être venu et de faire cela. Honnêtement, j'aime dire aux gens que je ne me soucie pas vraiment de savoir s'ils ont suivi le programme jusqu'à un T car vraiment en faisant ces entretiens, non seulement nous aidons à inspirer les gens qui sont dans la même situation, mais cela aide aussi affiner notre processus pour comprendre réellement ce qui fonctionne sur le terrain. Je pense que c’est une chose vraiment importante. Je vais vous poser juste des questions pour voir où va ma curiosité, mais n'ayez pas peur de me dire: «J'ai essayé et ça n'a pas fonctionné.» Je veux savoir ça.

La grâce:
Impressionnant.

QUIZ GRATUIT : Etes-vous capable de Récupérer votre ex ?

Je vous ai préparé 10 questions pour évaluer votre capacité à récupérer votre ex. La majorité des ex obtiennent 15% de potentiel Reconquête, et vous ?.

>> Accédez au quiz gratuit maintenant. (Ne trichez pas à la question 7)

Chris Seiter:
Ramenez-nous dans le temps aux jours sombres où s'est produit (inaudible 00:01:10).

La grâce:
Mon petit ami et moi nous voyions depuis environ un an. En fait, nous venions juste de fêter notre anniversaire, peut-être une semaine avant la rupture. Nous avions combattu plusieurs choses. Il avait des difficultés personnellement. Quand il aurait ces dérapages qui m'affecteraient. C’est à ce moment que ces problèmes allaient éclater. Nous avons également eu une série de malchance. Nous avons essayé un conseiller de couple qui a fini par essayer de nous séparer, et nous devions passer… Ce n’était pas bon. Nous devons suivre le processus du LLR et signaler certaines des choses qu'il a faites qui étaient inappropriées. Nous avons également eu de la malchance en cours de route. La rupture, c'est arrivé le 2 mai 2020.

Chris Seiter:
Littéralement un an, il y a un an.

La grâce:
C'était juste un an quand j'ai écrit le post Facebook qu'Anna vous a tagué et a lancé le bal. J'y repensais juste, parce que nous venons de rentrer d'Hawaï. J'étais comme, tu sais quoi? Je pensais juste à ce jour et je pensais juste que j'écrirais un article sur Facebook à ce sujet parce que c'était juste intéressant de voir tout ce qui s'était passé cette année. Nous avions lutté cette année-là. Les choses ont commencé très vite et très, très bien entre nous. Nous nous sommes très bien maillés, très rapidement. Je pense que cela a contribué aux moments difficiles. Ils étaient bien plus difficiles. Parce que nous n'avons essentiellement pas vu de défauts l'un dans l'autre immédiatement et que nous avons agi assez rapidement en raison de la façon dont les choses se passaient. Quand il a commencé à traverser… je suis désolé.

Chris Seiter:
J'allais dire, quand vous dites que vous vous déplacez très vite, parlez-vous de la façon dont il y a toujours cette période de lune de miel où tout est vraiment génial. Êtes-vous en train de dire que vous vous déplacez littéralement rapidement au point où vous emménagez ensemble et des choses de cette nature?

QUIZ GRATUIT : Etes-vous capable de Récupérer votre ex ?

Je vous ai préparé 10 questions pour évaluer votre capacité à récupérer votre ex. La majorité des ex obtiennent 15% de potentiel Reconquête, et vous ?.

>> Accédez au quiz gratuit maintenant. (Ne trichez pas à la question 7)

La grâce:
Oui. Cela s'est produit aussi. Il travaille dans le gymnase où je vais, et c’est comme ça que nous nous sommes rencontrés. Il fait de la gestion là-bas et il m'a arrêté un jour. C'était une rencontre très étrange que je n'avais pas eue. J'avais toujours connu quelqu'un avant de commencer à le voir. Il était en fait juste comme super grand, un ancien athlète, un beau mec qui m'a juste demandé au hasard mon numéro de téléphone et je suis cette personne des forces de l'ordre d'une petite ville qui ne … J'étais comme, quoi? C'était presque comme un conte de fées pour moi au départ.

Chris Seiter:
Je prends ça.

La grâce:
Dès qu'il a obtenu mon numéro de téléphone et que nous avons commencé à envoyer des SMS, il a organisé une date pour le week-end suivant. Ensuite, nous avons commencé à nous voir, toutes les chances que nous avions. Nous n’avons pas vraiment ralenti, comme: «Hé, allons à un rendez-vous une ou deux fois par semaine.» C'était comme si je voulais te voir tous les jours parce que c'était presque comme si nous venions d'avoir cette incroyable attraction l'un pour l'autre où nous ne pouvions tout simplement pas ne pas nous voir quand nous en avions l'occasion. Puis malheureusement avec lui, il a eu un colocataire qui a fini par vendre leur maison. Le gars a fini par vendre leur maison très rapidement, et il a dû partir très rapidement. Par coïncidence, ma colocataire à l'époque, elle était dans l'armée et elle s'est déployée. Cela a juste fonctionné

Chris Seiter:
Juste aligné. Le truc est comme: "Oh, pourquoi ne pas emménager ensemble?" Te voilà.

La grâce:
J'étais comme si c'était tellement plus facile. Cela vous aidera avec les factures et tout le reste. Nous nous sommes rencontrés en mars 2019. Nous avons commencé à sortir officiellement en avril 2019. Ensuite, nous avons emménagé ensemble fin juillet 2019. C'était très rapide.

Chris Seiter:
(inaudible 00:05:13) ensemble. Cela va vite. L'attraction est définitivement là.

La grâce:
Absolument. Je pense qu’à ce moment-là, nous n’avions pas eu non plus la chance de voir certaines choses au jour le jour. Je n'aime pas la façon dont cette personne se brosse les dents, ou ce genre d'exemples de petites choses pointilleuses.

Chris Seiter:
Cela ressort lorsque vous emménagez ensemble assez rapidement.

La grâce:
Cela est sorti en même temps que les choses avec lesquelles il luttait sont ressorties personnellement. Je ne savais pas non plus comment gérer ces choses. Ensuite, quand nous aurions ces arguments sur ces choses, ou lorsque nous traversons ces luttes, je me retrouvais, ce que je ne savais pas à l'époque, mais j'ai appris grâce à l'ERP, ce qui était, je traversais un attachement anxieux style quand nous aurions ces problèmes et qu'il serait évitant. Il voudrait de l’espace, mais j’aurais peur que: «Oh, tu vas encore te gâcher si tu es hors de ma vue.» La façon dont je lui donnais cet espace n’allait vraiment pas très bien.

Chris Seiter:
Ce qui est vraiment fascinant dans ce que vous venez de dire, c'est que nous avons constaté que si vous voulez taper nos clients avec leurs ex, c'est presque toujours un client anxieux d'éviter un ex. C'est presque toujours ça. Il y a des feux d'artifice quand ils se réunissent, mais ensuite c'est comme: «Quand ça se brise, ça se brise assez mal.

La grâce:
C'est exactement ce qu'il s'est passé.

Chris Seiter:
Avançons rapidement et amenons-nous à ce moment-là parce que, de toute évidence, comment viviez-vous ensemble avant que les choses ne commencent vraiment à devenir … Je suppose que vous êtes comme le, eh bien, réparons le problème. Je veux le réparer. Êtes-vous ce genre de personne?

La grâce:
Oui. C'était un problème principalement que je ne savais pas comment résoudre. Je ne savais pas… je l'ai mentionné plus tôt, c'était un ancien athlète. Eh bien, il a joué au football. Quand il a joué au football à l'université, il a été très gravement blessé. Il a subi plusieurs chirurgies du dos. Avec cela, c'était à une époque où les sports universitaires consistaient essentiellement à gagner de l'argent et à gagner leur équipe et tout cela.

Chris Seiter:
Je déteste te briser. Ils sont toujours comme ça.

La grâce:
Toujours comme ça. Il recevait des analgésiques, et ils ne savaient pas qu’il avait un disque bombé perturbé, peu importe ce que l’on appelle dans le bas du dos.

Chris Seiter:
Les médicaments contre la douleur arrivaient juste là où il ne le sentait pas.

La grâce:
Eh bien, le médecin de l’équipe en fait… Note de côté, il a fini par se faire virer parce qu’il ne savait pas ce qui se passait. Mon petit ami à l'époque n'était pas autorisé à voir un autre médecin que le médecin de l'équipe. Il s'était en fait retrouvé aux urgences. Le médecin a été licencié et c'était un gros désordre. En attendant, ils ont continué à lui donner des analgésiques pour le faire passer à travers ces jeux. Ils disaient: «Tu dois jouer. Nous avons besoin de toutes ces ventes de billets et de tout cela. » À cause de cela, il a fini par être tellement blessé que cela a mis fin à sa carrière parce qu'il a continué à jouer à travers cela. Ensuite, le mélange de mettre fin à sa carrière et de recevoir des médicaments contre le mal de dos qui a été son remède. En fait, il s'est retrouvé dans une dépendance à cause de cela.

Chris Seiter:
En fait, j’ai vécu cela moi-même avec… Je pense que c’était avant que nous commencions à enregistrer. J'ai mentionné que j'avais quatre chirurgies. Mes chirurgies n'étaient pas de petites chirurgies. C'étaient des plus importants. J'ai fini par devoir partir à la recherche d'un des meilleurs médecins de tout le pays, l'un des meilleurs chirurgiens pour y remédier. Une chose que vous devenez accro aux médicaments contre la douleur, comme les stupéfiants qu'ils vous donnent parce que vous souffrez tellement tout le temps. Il est très facile de s’y accrocher. Je me souviens aussi avoir eu des problèmes avec ça. Je peux certainement faire preuve de sympathie.

La grâce:
C'était quelque chose qui n'était pas naturel ou c'était une expérience très nouvelle, je suppose, pour moi. Je n'avais jamais été dans ce genre de situation. Comme je dois mentionner que j'étais-

Chris Seiter:
Parce que vous faites partie des forces de l’ordre, à quel point est-ce ironique?

La grâce:
J'étais dans une situation très difficile de: «Oh mon Dieu, j'aime cette personne. Je veux aider cette personne, mais je ne veux pas… Nous vivons ensemble. Quelque chose peut arriver là où je suis. » C'était une position très difficile pour moi. En plus de ce que vous disiez avec l'aspect de la douleur, il traversait la dépression de perdre son identité parce qu'il pensait: «Oh mon Dieu, je pars de division un collège à être un quart-arrière dans la NFL. C’est ce qu’il pensait. Puis tout s'est effondré. Cela le faisait aussi se sentir mieux émotionnellement ou psychologiquement.

Chris Seiter:
Il y a toujours un coup de pouce avec ce type de médicaments. Je pense honnêtement que c’est la raison pour laquelle la plupart des gens en deviennent dépendants à cause de… C’est presque comme si vous deveniez vraiment, vraiment… C’est un tournant étrange dans la conversation de rupture. On a presque l'impression d'être de la meilleure humeur possible pendant quatre ou cinq heures. Ensuite, il s'estompe. J'ai eu de la chance dans le fait que les médicaments qu'ils m'ont donnés me rendraient extrêmement nauséeux après –

La grâce:
Après les avoir pris.

Chris Seiter:
Il est arrivé au point où je ne pouvais tout simplement plus le supporter. Cependant, l'envie était toujours là. Je sympathise vraiment avec ça. C’est aussi incroyablement difficile lorsque vous ajoutez l’aspect de la perte d’identité. Ensuite, il est là avec vous. Vous vous demandez simplement comment résoudre ce problème?

La grâce:
C'était très, comme je l'ai dit… Désolé, pouvez-vous toujours me voir?

Chris Seiter:
Non, non, tu vas bien.

La grâce:
C'était très difficile parce que je voulais aider. Dans des moments comme ça, il était honnête avec moi quand nous avons commencé à nous voir. Il m'a dit qu'il avait eu ce problème dans le passé, et il m'a dit qu'il était allé en cure de désintoxication et que cela faisait deux ans et demi. Il était bon et propre et tout. Il s'est avéré qu'il y avait des moments faibles. Ce qu’il prétend, c’est qu’il ne peut rien obtenir de moi, étant dans l’application de la loi, je sais toujours quand il est coupable ou je sais toujours quand…

Chris Seiter:
Vous avez le chien renifleur de bombe dans la maison juste pour faire le-

La grâce:
Il a dit: «Vous ne comprenez pas. Je n'ai jamais rien passé devant toi. Je ressentirais toujours quelque chose. Je pouvais sentir que quelque chose n'allait pas avec lui. Je pouvais sentir que quelque chose n'allait pas comme: "Oh, où est passé cet argent?" Il y avait toujours quelque chose que je pouvais ressentir. C'est vraiment là que ces luttes sont venues vraiment difficiles. Je ne savais pas honnêtement comment gérer cela. Je n’avais pas été dans cette situation. J'étais dans un style d'attachement anxieux. Alors naturellement, la façon dont je suis est que j'aime contrôler les choses dans la vie. Je ne veux pas dire un psychopathe fou de contrôle, mais le contrôler, j'aime contrôler ce qui se passe parce que je veux que les choses soient faites à ma façon parce que je pense que ma façon est la bonne.

Chris Seiter:
Vous voulez être le maître de votre propre destin.

La grâce:
C’est ainsi que je suis naturellement. La partie anxieuse, cette partie, et ensuite avoir des soupçons naturels dans l'application de la loi. C'était juste si énorme, et je ne savais pas comment gérer ces situations. C'était si énorme… J'étais ce super nuage d'angoisse à son encontre. Il ne pouvait tout simplement pas gérer ça.

Chris Seiter:
Y a-t-il déjà eu une confrontation au cours de laquelle vous deviez en quelque sorte déborder et être comme s'il fallait obtenir de l'aide ou quelque chose du genre?

La grâce:
Ouais, il y en a eu plusieurs où cela s'est produit. Désolé, je vais prendre mon chargeur. Il y en avait plusieurs où je disais: «Vous devez obtenir de l’aide. Vous devez le faire. Vous devez le faire. » En même temps, je jette toutes ces choses, et je ne sais pas vraiment de quoi je parle. C'était difficile parce que je voulais que ça se passe à ma manière, et je ne comprenais pas vraiment comment gérer quelqu'un dans ce type de crise.

Chris Seiter:
De plus, c’est difficile parce que c’est vrai comme une situation où le messager se fait tirer dessus, ils doivent presque l’apprendre par eux-mêmes. Les forcer à faire quelque chose qu’ils ne veulent pas faire, ça ne marche pas toujours aussi bien. Je suppose que tout se résume et finalement qui rompt avec qui?

La grâce:
Il a rompu avec moi. Comme je l'ai dit-

Chris Seiter:
Vous essayez simplement d’aider.

La grâce:
Je connais. J'étais comme, comment a fait ça … Quoi qu'il en soit, c'était au milieu de COVID alors, bien sûr, c'était tout simplement merveilleux. Il était parti travailler. Le gymnase n’était pas ouvert à cause du COVID. Cependant, il y avait encore des employés qui entraient et faisaient juste des choses administratives parce qu'ils étaient capables de faire autant ici. Il est parti travailler et rentre à la maison. J’ai vu un thérapeute pendant un certain temps parce que j’ai vraiment beaucoup d’anxiété. Je vois quelqu'un et je lui ai parlé ce matin-là. Quand il est rentré à la maison, il me parlait normalement de ma séance parce que je suis normalement élevé de bonne humeur et tout ça. Quand cela s'est produit, quand il est arrivé là-bas, je me suis dit: "Hé, j'ai eu ma séance de thérapie aujourd'hui et j'ai juste remarqué que quelque chose n'allait pas." Il ne m'a pas posé de questions sur ma session. Il n'était pas vraiment intéressé par la session et-

Chris Seiter:
Le langage corporel est désintéressé.

La grâce:
Droite. Je l'ai gentiment interrogé à ce sujet. Il était comme rien, je suis juste fatigué. Il est allé prendre la douche. Quand il a fait ça, son téléphone s'est éteint, et je viens juste d'une réaction, j'ai juste regardé et l'aperçu de celui-ci à l'écran était un e-mail et il portait son nom. Il a dit, merci pour l'intérêt que vous portez à ces complexes d'appartements.

Chris Seiter:
Quelle façon de le savoir. S'il y a jamais un moyen de vraiment trouver un moyen de centrer une rupture et une action, ce serait là.

La grâce:
Ce n'était pas amusant.

Chris Seiter:
C'est terrible. Avec le recul, c’est une histoire amusante à raconter. Regarde et vois ce truc d'appartement, mais sur le moment si ça m'est arrivé. J'aurais une crise de panique juste là.

La grâce:
Oh mon cœur a coulé.

Chris Seiter:
L'avez-vous confronté sous la douche parce que ça aurait été le mieux?

La grâce:
Non, je l'ai fait plus tard dans cette histoire, mais ce n'était pas très (inaudible 00:15:52) mais nous y arriverons. Il est sorti de la douche et j'ai dit: «Hé, je viens de remarquer que cela est apparu dans ton téléphone.» Il était immédiatement sur la défensive. Il m'a dit: "Où regardez-vous le téléphone?" Je me suis dit: «Oh, ce n’était pas le cas. Il est juste apparu.

Chris Seiter:
L'aperçu, ce n'était qu'un aperçu.

La grâce:
J'étais comme: «C'était un aperçu. Il n'a même pas montré l'intégralité de l'e-mail. " Il a dit: «Eh bien, non, ce n’est rien. C'est pour nous lorsque nous décidons de quitter cet endroit ou quoi que ce soit. " J'étais juste comme, "D'accord." Puis plus tard

Chris Seiter:
C’est une très bonne façon de le faire tourner. Maintenant que j'y pense.

La grâce:
C'était. J'ai juste eu ce sentiment. Vous connaissez ce sentiment instinctif, et c’est ce que c’est…

Chris Seiter:
Ce n’est pas bon signe.

La grâce:
Il a continué à s'attarder. J'étais comme-

Chris Seiter:
Si vous y réfléchissez vraiment, si vous vous dites vraiment: "Oh, oui, nous allons passer à un nouvel appartement." Vous pensez que vous seriez inclus dans cette conversation à un moment donné.

La grâce:
Droite. Exactement. Je lui ai dit, nous avions parlé de sentiments et de tout ça. Je me suis dit: «Hé, j'ai de nouveau ce sentiment. J'ai un instinct. Ce n’est tout simplement pas bon et il s’agit de cet e-mail. Était-ce vraiment dans ce but? C’est alors qu’il a décidé de s’asseoir et de me faire savoir qu’il envisageait de déménager parce que nous n'étions plus ensemble. Il savait que je devais aller travailler de nuit ce soir-là. C'était un vendredi soir. Comme je vous l'ai mentionné précédemment, mon ministère a participé à une émission de télévision. J'étais sur le point d'être à la télévision nationale ce soir-là. C'était si terrible. Il était comme-

Chris Seiter:
Télévision internationale. Comment vous sentez-vous? Je me sens bien.

La grâce:
Il m'a dit: "Je n'allais pas le faire ce soir parce que je sais que tu as ce spectacle." Il a dit: "Vous en avez parlé." J'étais comme, "Oh mon Dieu." Nous avions eu des discussions vraiment épuisantes sur le plan émotionnel à ce sujet. Le sujet de la rupture était venu. Ce n’était pas le cas récemment. C'était un choc. J'étais trop épuisé émotionnellement pour continuer à me battre à ce moment-là. Alors qu'avant, j'aurais probablement pleuré, supplié ou dit, s'il vous plaît, je ferai n'importe quoi. Je me suis simplement dit: "Êtes-vous sûr que c'est ce que vous voulez faire?" Il était comme, "Oui." Je me suis dit: "Où vas-tu rester?" Il m'a dit qu'il allait rester dans un hôtel. Qu'il a dit que c'était l'une des choses les plus difficiles qu'il ait dû faire parce qu'il n'avait jamais rompu avec quelqu'un auparavant, a dû rompre avec quelqu'un avant qu'il ne détestait réellement à ce moment-là. Ça n’avait pas été… Il était comme…

Chris Seiter:
Avant que ce ne soit une décision facile pour lui, c'était-

La grâce:
Oui.

Chris Seiter:
Vous avez préparé le terrain. Vous êtes dans l'émission télévisée et vous vous sentez très triste à propos de cette rupture. Allons (inaudible 00:18:36) un peu. D'une manière ou d'une autre, vous entrez sur notre orbite. Comment êtes-vous arrivé à… Était-ce simplement une recherche frénétique sur Google, YouTube? Quelle est ton histoire?

La grâce:
Ce serait Google. C'était Google.

Chris Seiter:
Google.

La grâce:
Je me suis dit: «Je ne sais pas quoi faire, quoi que ce soit. J'étais juste probablement épuisé. Tous mes amis et ma famille ont tout leur temps libre. Que Dieu les bénisse pour avoir traité avec moi autant qu'eux.

Chris Seiter:
Ils ont été assez favorables.

La grâce:
Ils étaient. J'avais tellement d'amis qui me parlaient au téléphone. Ils s'endormaient probablement de l'autre côté parce que je devenais super anxieux.

Chris Seiter:
Ce sont de bons amis.

La grâce:
Ils étaient. J'avais juste besoin d'une approche plus stratégique que je pensais. Quand j'ai commencé à le googler, puis j'ai trouvé ce programme, et ce n'est pas du tout insultant parce que j'ai appris que-

Chris Seiter:
C'est bon. J'ai entendu toutes les insultes. Ne t'inquiète pas. C’est comme, qui veut récupérer un ex? Oh, c'est idiot ou ça ne marchera pas. J'ai tout entendu.

La grâce:
Eh bien, ma première pensée a été qu’il n’y avait aucun moyen au monde de payer pour un programme comme celui-ci. C'est probablement une arnaque. Ces gens sont normaux et ils sont-

Chris Seiter:
Il était plus cher, croyez-le ou non. Auparavant, cela coûtait peut-être 70 dollars pour entrer dans le programme, mais je l'ai abaissé à 47 pour le rendre plus abordable, mais les gens en parlent toujours.

La grâce:
C’est pourquoi j’ai fini par le faire. Je me suis dit: "C'est seulement 47 $." J'étais comme, "Vous savez quoi?" J'ai continué à voir cette chose à propos de ce groupe Facebook quand je le parcourais et mon esprit y revenait sans cesse. Même si je n'arrêtais pas de dire non, pas question que je paie de l'argent. Je lis-

Chris Seiter:
(inaudible 00:20:11) vous êtes le genre de clients que j'aime convaincre.

La grâce:
J'ai probablement lu tous les articles que vous avez écrits. Je voudrais-

Chris Seiter:
600, c'est beaucoup de messages. Je suis en train d’en refaire quelques-uns. Je ne peux même pas le supporter. C'est tellement de travail pour les mettre à jour.

La grâce:
Quand je vous dis que je serais comme 03h00 du matin dans ma voiture de patrouille, quel article puis-je lire?

Chris Seiter:
C'est super. J'aime ça.

La grâce:
Je le ferais et je regardais le podcast ou écoutais tout ce qui est sur YouTube ou tout ce que je peux trouver. J'ai réalisé que ça me faisait tellement mieux d'écouter ce genre de choses ou de lire ce genre de choses. Cela me faisait juste ressentir tout ce que j'avais ressenti… Tout était basé sur tant d'émotions. Je me sentais impuissant ou désespéré à tout baser sur l'émotion. Quand j'ai commencé à tout lire et à voir ces histoires et tout ça, j'étais comme, c'est une approche logique. Cela ressemble à de la stratégie. Ça me semble logique. C’était quelque chose avec lequel j’avais vraiment du mal, c’est que je ne pouvais pas donner un sens aux choses. Quand je me suis rendu compte que c’était ce que… ce que cela me fait ressentir, c’est à ce moment-là que je me suis dit: «Ce n’est que 47 $. Si cela ne fonctionne pas, c'est 47 $.

Chris Seiter:
(inaudible 00:21:26).

La grâce:
J'ai fini par payer pour ça. Ensuite, j'ai réalisé que le groupe Facebook était tellement plus utile en plus de tout parce que j'ai commencé à apprendre sur la base de certaines… Les expériences individuelles des gens quand ils postaient là-bas et les modérateurs.

Chris Seiter:
Avez-vous été chargé avec le système de compagnon de combat?

La grâce:
J'ai fait. Oui. Mon pote de combat était super. Je vais m'assurer qu'elle sait que j'ai fait ça. Je dirai: "Tu es le meilleur." Elle m'a tellement aidé. Cela a également été très utile, car nous étions dans le même fuseau horaire, mais elle a pu être là pour moi et à tout moment-

Chris Seiter:
Elle vit aussi une rupture, non?

La grâce:
Droite. Elle a compris.

Chris Seiter:
Exactement. Souvent, vous parlez à vos amis et à votre famille, ils vous soutiennent. Parfois, ils ne vous soutiennent pas, mais ils ne comprennent pas vraiment ce que vous vivez tant qu’ils ne l’ont pas vécu. Parce que la plupart du temps, vous traversez une rupture et c’est comme: «Oh, foutez ce mec. Je vais m'en remettre. » Si vous essayez de récupérer cette personne, c'est une expérience un peu différente.

La grâce:
Je suis définitivement passé par là. J'avais quelques amis qui me disaient: «Hé, ma fille. Il a l'air d'être nul. Il ne voulait pas être avec vous. Vous pouvez avoir n'importe qui, bla, bla, bla. Je me suis dit: "Eh bien, ce n'est pas ce que je veux." Mon pote de combat était super. Ensuite, il suffit d'apprendre de chacune des expériences lorsque les modérateurs commenteraient, et même lorsque d'autres membres qui étaient plus expérimentés et tous commentaient. J'étais juste en train de m'apprendre tellement. Je passerais simplement par… Je vais me faire passer pour un perdant sans vie, ce que je n’en avais pas à l’époque. Ce n’est pas faux. Tout comme je lisais tous les articles, je commencerais à lire tous les messages Facebook. J'apprendrais tellement. Je ne serais que dans quelques semaines et je verrais un nouveau message. Je me dis: «Fille, tu n’es pas censée faire ça. Ne rompez pas votre absence de contact. »

Chris Seiter:
Je mène cette bataille, Grace, depuis 10 ans, ne rompt pas le pas de contact prématurément. Faites-vous une règle de non-contact? Je comprends.

La grâce:
Je suis passé de ça à, j'ai fini par avoir une séance de coaching avec Anna aussi, ce qui était une autre chose que j'ai dit que je n'allais pas faire. Je me suis dit: "Je ne vais pas payer cet argent."

Chris Seiter:
C'est trop cher, trop cher. Ensuite, vous vous entendez avec Anna et vous vous dites: "Wow".

La grâce:
Elle est la meilleure. Elle est tellement incroyable.

Chris Seiter:
Tu sais ce qu'il y a de drôle chez elle? Grace est, nous allons faire… Elle et moi faisons des épisodes de podcasts chaque semaine. Je suis assis là. Je me dis littéralement: «Je ne peux pas croire à quel point j'apprends en l'écoutant.» Son point de vue est si frais. J'ai appris des choses. J'ai créé le programme.

La grâce:
Je n'aurais pas pu imaginer plus de… Juste l'équilibre parfait de ce dont j'avais besoin quand je lui parlais parce que j'avais besoin que tous mes sentiments soient validés, même si j'étais super anxieux. J'ai vécu tout cela et elle a validé tous ces sentiments. Cependant, j'avais besoin de quelqu'un pour me secouer dans un état d'esprit logique sur la façon de faire cela. Elle l'a parfaitement fait. Comme je l'ai dit, elle ne m'a pas donné l'impression que mes émotions étaient stupides, ou que j'agissais de façon folle ou quelque chose comme ça. Elle a également dit: "Pensons à cela de manière logique et à ce qui serait une manière plus rationnelle ou raisonnable de procéder." Elle était géniale. Ne la laisse pas partir.

Chris Seiter:
Je ne l’ai pas fait. Je la tiens comme… Ne pars pas. Vous obtenez la séance de coaching avec Anna. Combien de temps restez-vous dans le processus à ce stade? Avez-vous dépassé votre période de non-contact?

La grâce:
Entre le moment où j'ai pris rendez-vous et celui où j'ai eu le rendez-vous, je venais de terminer la période sans contact. Cependant, je nous ai amenés à ma première erreur. Avec la période sans contact, il avait contacté plusieurs fois. Il a contacté mon partenaire. J'ai un partenaire masculin au travail. Il lui tendit la main.

Chris Seiter:
Quelle conversation intéressante dans la voiture d’escouade qui a dû ressembler à: «Qui est (diaphonie 00:25:51)?»

La grâce:
Nous étions en fait assis à déjeuner, et il m'a montré le message texte. J'étais comme, "Oh mon Dieu, quoi?" C'était-

Chris Seiter:
Avez-vous dit: «Vous ne lui avez pas répondu? As tu?" A-t-il demandé votre permission pour répondre, ou?

La grâce:
Je me suis dit: "Vous n'avez rien dit, n'est-ce pas?" Il a répondu, mais il a en fait eu une très bonne réponse. Il était comme: «Hé, mec. J'espère que vous allez bien. » Il n’a rien répondu à propos de moi personnellement.

Chris Seiter:
C'est parfait.

La grâce:
Il a en fait eu une très bonne réponse. Il a dit: «J'espère que tu vas bien mec. Si vous avez besoin de quelque chose, vous pouvez m'appeler. " Il n’est pas entré dans les détails sur moi ou sur tout ce que j’étais en train de faire. C'était vraiment bon. Cependant, mon aucun contact était juste à la fin. J'avais si bien fait, mais-

Chris Seiter:
C’est tellement bon d’écouter les erreurs.

La grâce:
Je connais. Quelque chose s'est réellement passé au travail avec l'un des entraîneurs de la salle de sport avec qui je suis entré en contact alors que je travaillais dans les forces de l'ordre. Il a fini par être en crise. Il avait besoin d'aller à l'hôpital, etc. Il m'a dit: "Hé, peux-tu aller au travail, au gymnase, et leur faire savoir que je vais à l'hôpital?" Je me suis dit: "Oh, je ne suis pas doué pour-

Chris Seiter:
Tu ne sais pas que le rétablissement de l'ex-petit ami dit de ne pas faire ça?

La grâce:
J'étais assis là à réfléchir. J'étais comme, "Oh." Je ne pouvais pas vraiment lui dire, mais je me suis dit: "Oh, limites, mais je n’étais pas bon pour ça." J'étais comme, "D'accord." Je pensais que j'allais juste me faufiler, et j'allais juste trouver le patron de mon ex à l'époque. Bien sûr, je vais à la réception et je me suis dit: "Est-ce qu'untel est ici, qui serait le patron." Ils disaient: «Non, mais (inaudible 00:27:39) est ici», ce qui était mauvais. Je me suis dit: "Bien sûr, il l'est." Je fis le tour du coin jusqu'à l'endroit où se trouvait son bureau, et ses yeux semblaient avoir vu un fantôme. Il était comme… Parce qu'il m'avait contacté et que je n'ai jamais répondu.

Chris Seiter:
Eh bien, la partie amusante-

La grâce:
En fait, j'ai eu un accrochage. J'ai eu un accrochage aléatoire. J'ai oublié cela. J'ai raté celui-là aussi. Je n'ai suivi aucun des conseils parce que c'était tellement… J'étais tellement choqué que je pense qu'il m'a dit plus tard, une fois que nous en avons parlé, que j'avais l'air terrifié. Je n’ai pas bien joué celui-là. Il m'a dit: "Tu as l'air terrifié."

Chris Seiter:
Nous allons simplement oublier celui-là et nous concentrer sur celui-ci.

La grâce:
Oui, nous n’avons pas à le faire. Quand je l'ai vu, il est juste sorti de ma bouche. Je me suis dit: «Ce type est à l’hôpital. Il voulait juste que je vous le fasse savoir, et je dois y aller. Il était comme, «Whoa, whoa, whoa. Attends attends." J'étais comme si je ne savais pas dire non. J'étais comme, "D'accord." Il était comme: «Vous me détestez? Tu ne veux plus jamais que j'essaye de te parler à nouveau et tout ça? J'essayais de penser à ce que tout de… Les posts Facebook disaient faire et ce que votre article disait faire avec le programme. J'étais comme, "Non" C'était si difficile sur le moment. J'étais comme, comment puis-je le dire comme, non, je ne te déteste pas. Je ne veux pas que vous arrêtiez de me contacter.

Chris Seiter:
Vous auriez dû juste dire ça. Dit, non, j'avais juste besoin d'un peu d'espace juste pour un moment.

La grâce:
Je pense que c’est ce que j’ai fini par dire. J'étais comme-

Chris Seiter:
C'était plutôt bien.

La grâce:
J'avais juste besoin d'un peu de temps. J'ai juste besoin d'espace. Il était comme-

Chris Seiter:
Vous n'avez pas gâché la règle d'interdiction de contact. Vous n'aviez aucun contrôle sur ce type qui allait à l'hôpital.

La grâce:
C'est vrai. Ensuite, nous avons fini par sauter la chaîne de valeur.

Chris Seiter:
Venons-en à cette erreur.

La grâce:
Nous avons fini par parler là-bas. Chaque fois que j'allais essayer de partir, il m'indiquait quelque chose dont il voulait me parler alors que je ne lui parlais pas pendant un mois. Il faisait de petites blagues sur le fait que tu ne m'as pas parlé pendant un mois. Peu importe. Je me suis dit: "Eh bien, de quoi essayiez-vous de me parler?" Il a dit: "Je ne veux pas vous en parler au travail." Il jouait aussi à ce jeu où-

Chris Seiter:
Il essayait de vous avoir un rendez-vous.

La grâce:
Je me suis dit: «Eh bien… Il m'a demandé de passer du temps avec lui ce soir-là, mais j'étais bien alors. Je me suis dit: "J'ai des projets." J'avais des plans. C'était comme: "J'ai des projets." Je suis sorti. Il m'envoyait des textos tout le temps. Il m'a appelé. Il a dit: «Faites-moi savoir quand vous serez sur le chemin du retour. Je veux m'assurer que tu vas bien. » Je lui ai dit que j'étais sur le chemin du retour. Il m'a appelé. Il voulait me parler. Il n'arrêtait pas de dire qu'il voulait me voir. En fait, il a fait une blague vraiment drôle, car je pense que cela s'est produit un lundi. Il a dit: «Quand puis-je vous revoir?» Je me suis dit: "Oh, je travaille mercredi et jeudi, alors peut-être vendredi." Il a dit: "Oh, j'ai oublié que juin n'a pas de mardi." Je me suis dit: "D'accord, drôle de gars." Je ne sais pas si je… je ne me souviens pas vraiment si je l’ai vu ce mardi ou je les ai peut-être fait attendre le week-end.

La grâce:
Une fois que je l'ai revu, c'était tous ces sentiments d'avant qui venaient de venir et ils venaient juste d'apparaître. C'était simplement comme si nous étions de retour ensemble, encore une fois. Il ne semblait pas que cela n'allait pas dans ce sens. Tu sais ce que je veux dire?

Chris Seiter:
C'est venu naturellement.

La grâce:
Je n’ai pas construit le rapport. Je savais à l’époque, j’étais comme, je sais que je vais trop vite. Je suis en train de sauter dans cette chaîne de valeur que j’ai lu et tout ça. J'allais juste avec ce qui me faisait du bien. Cependant, il y a eu un incident, ou j'ai eu… Je ne me souviens pas comment je m'en suis rendu compte, mais je venais d'avoir le sentiment qu'il y avait une femme avec qui il travaillait. J'avais le sentiment qu'il était resté avec elle avant d'entrer dans cet appartement dans lequel il était entré. La rupture a eu lieu le 2 mai et il est resté dans un autre endroit jusqu'au 1er juin, date à laquelle il a emménagé chez lui. Il n'arrêtait pas de me dire qu'il restait à… Il était comme s'il louait une chambre qu'il avait trouvée en ligne ou quelque chose comme ça. C'était bizarre parce que je n'avais pas le droit de savoir où c'était.

Chris Seiter:
Vous étiez le détective ultime.

La grâce:
Exactement, il n’était donc pas très intelligent dans ce domaine. Certaines de ces conversations ont eu lieu avant que je trouve que le programme ne contacte pas parce que nous avons eu des conversations et tout cela avant que je m'en rende compte. I kind of made it really-

Chris Seiter:
That’s actually really good to know.

Grace:
I made this realization before I went into no contact that I thought that he had stayed with this woman at work.

Chris Seiter:
This girl.

Grace:
She did not have a good reputation. Her husband was in military, but he was deployed and she was known for not respecting her marriage while her husband was gone.

Chris Seiter:
Just say it. She’s known for cheating on her husband. That’s the truth.

Grace:
I don’t think anybody physically saw her do anything, but everyone had their… They noticed her with different men just being too close. She had gone and made dinner at different guy’s houses. Just things like, why do you do that?

Chris Seiter:
I feel just bad for the husband. Do you think he-

Grace:
He’s out fighting for his country, but.

Chris Seiter:
Yeah, he’s out fighting for his country and his wife is just two timing.

Grace:
I had had this feeling. I can’t remember, some things are just feelings and then there was things that would back it up. She had acted weird on social media. I knew that he had seen her at the gym that day because when… They were the only ones that were allowed to work out there because of COVID, but there had to be at least two people for liability reasons. He and her happened to be the two people that were there together before this happened. There was just a lot of stuff. He was very weird when I would bring her up. I just had the feeling. You just know.

Chris Seiter:
He stayed with this other girl.

Grace:
That came out, yes. When I had talked to Anna during all of this, when I was struggling with this, because I was like, “Anna…” He was very touchy, feely. He was very excited to see me at first. He got very, very avoidant very quickly within a couple of days. I told Anna. I was like, “Anna, I think that this happened.” Oh, I missed the worst part, which is the whole shower thing that I was going to tell you about. I couldn’t-

Chris Seiter:
I think I can read between the lines and figure out what happened there. I think most can.

Grace:
Well, maybe. I was very, very anxious. He got in the shower and I went through his phone because I just could not-

Chris Seiter:
Oh, I thought you were going to jump in the shower with him.

Grace:
Nan. It wasn’t that great. I went through his phone because I was so, I needed to know.

Chris Seiter:
Did he have a lock on his phone? My phone has the pass code.

Grace:
Oui. I was lucky enough, lucky or not lucky. I don’t know how you can say that.

Chris Seiter:
He didn’t change the pass code or-

Grace:
He never changed it. Oui. I looked and I saw text messages with him and her, which would have indicated that he would have been staying with her at that time. He was in the shower. I had a little bit of an outburst while he was in the shower, and I went to leave. He like chased me out the door in a towel.

Chris Seiter:
That’s great.

Grace:
It was a good sight. After that I talked to Anna. He wanted to end things again with me then because he got very, very avoidant. He went back to those… Which understandably, and Anna was-

Chris Seiter:
I see your point of view too. Sorry, continue.

Grace:
I was on fire. Anna was like… Again, like I said, she was great. I talked to Anna about the situation because the girl actually reached out to me in the meantime. I was like, I’m so… Because this was happening when we were having a bunch of riots and my city that I work in had some riots and stuff like that and had to go and work that. She texted me and she was like, “I just want to let you know that you and all of your brothers and sisters in blue welcome. If you are ever afraid to go home or need somewhere to stay, I have an extra room. She’s texting me this knowing obviously that she allowed him to stay there.

Chris Seiter:
It was a guilty conscious to me.

Grace:
Oui. I was telling Anna that and I told Anna what she texted me and all of this stuff. Anna was like, “Oh, no. She’s shiesty.” She validated me. Then at the same time, she was like, “Okay, he sounds like he’s avoidant.” She was like, “You have to make sure that for every… You can only have a negative interaction for every thought positive interactions that you have, because that’s how intently he takes these negative interactions.” It made sense because even when we were talking in the breakup, we could have had like two, three good weeks of just the imperfect. Then we got into an argument on the third week and that’s what he remembered. That’s what he didn’t… Anna was like, “This is what we’ve got to do. We’ve got to shoot for this.” Then she said, “We’ve got to shoot for getting him outside of his apartment.”

Grace:
She was helping me along at that point. I did okay for a while, but I did end up bringing her up again to him later on, maybe a week later. He was like, “I can’t take this anymore.” He ended it again. I went back into another no contact. I went back to another no contact-

Chris Seiter:
This is a real up and down story. This is a great story.

Grace:
I don’t know how it got to where we are now. I’m just going to be grateful for it. I went to another no contact and then I had been posting, which I didn’t mention. The one thing that I did do consistently well was the social media. I only posted actual… The only social media he had was Instagram. I only posted an actual post on Instagram and if it was a very good post to post. Then I would post some stories at times that were good throughout the day, but not maybe just post like a full post material, permanent post material. I think I did do that very well. I know that I did that very well because he’s said since then that he actually blocked me a couple of times because he couldn’t take my posting. He couldn’t take seeing me and things that I posting and all, but he’s also admitted since then, which is why I need everyone in this program to listen to me. He actually said since then that he would unblock me and go look at my page and he would go-

Chris Seiter:
(inaudible 00:38:39).

Grace:
Yeah, and then blocked me again. He said that he did that-

Chris Seiter:
I knew that because I’ve done that. It’s like the hit run approach. Oh, what’s she up to, nothing. I’m going back to the safe home base.

Grace:
I’ve tried to tell people that and the Facebook and stuff. They’re like, “What do I do? How do I post, if I’m blocked?” I’m like, “Listen, just keep posting like he’s there, because he’s going to look.”

Chris Seiter:
It’s hard to (inaudible 00:39:06) for a lot of people, I think.

Grace:
Oui. It’s what I did. I didn’t think the no contact was going to work for me. I was like, “Oh, he’s done.” It really did. Both of my no contexts were very effective. I thought going into the second no contact I was like, I just did this. It’s not going to work this time. It was very effective too. He began reaching out to me almost… It would normally take him about a week to try to reach out to me. Then he would give it a couple of days and try again. Then maybe around the third week, like you say, he would start getting really anxious and I’d get an influx. Please talk to me. I’m trying to call you. Allez. I’m not trying to mess with you. I just need to talk. Why are you doing this? Stuff like that. That was happening.

Grace:
One thing that did happen, which was a social media thing that got us back again, I was probably… I don’t think I was quite three weeks into my second no contact. Like I said, I’m working in law enforcement, and I actually went on a call. I got into a fight and I got hit. I had a black eye.

Chris Seiter:
Frais. Not cool, but did you post that on social media?

Grace:
J'ai fait. I waited a little while. I was about to go out of town. I had a trip planned to the beach with a couple of friends. Right before I left, the black eye thing wasn’t even my big thing. I had a really, really good jealousy post that I was going to put. Anna loved it. I was like, “I can’t wait.” I posted the black eye first and it was still very much visible, but it was clearing up. I was like, “Oh, my black eye is almost gone or whatever.” I posted on my story. Not as post, but he ended up watching it after he had blocked me and unblocked me and then followed me again. He immediately started texting me. He was like, “Are you okay?” Then he was like, “Please, just let me know that you’re okay.” He was like, “I think about you every day. I worry about what’s going on.

Grace:
I just need to know that you’re okay.” He’s like, “I see a picture of you with a black eye on Instagram and my heart sinks, or my stomach sinks or whatever.” At that point I didn’t know what to do because I was like, I don’t… Anna and I had spoken about how he didn’t… No contact was very effective, but when we talked about it, he was going forth. I do want to. You do let me know when you’re okay, because when you didn’t speak to me for a month, and there was riots and I knew that we got shot at. He was like, “I see this on the news and you won’t respond to me.” I did post it in the group before I did anything. I was like, “Anna help.” She said okay, you can respond to him. Let him know that you’re okay, but then add like five days or so onto your no contact. I said okay. I did that.

Grace:
Then he starts responding and I’m not responding back. He was like, “Are you calm?” I didn’t respond back. Then he said something that indicated that he was at my apartment. Je ne sais pas. I can’t remember what it was, but I think he said like, “Hurry up and get to your door because that needs to be in the refrigerator.” Or something like that. Like I said, I was on the way out of town to go to the beach. I was like, I got to respond because is he at my front door right now?

Chris Seiter:
I saw a text.

Grace:
I responded and he had brought me my favorite thing in the world is chocolate covered cherries. He had brought me chocolate covered cherries and some flowers and dropped them off at my door. Diet Dr. Pepper because I love Diet Dr. Pepper. He left me a six pack of Diet Dr. Pepper. At that point I had a friend pick them up and I told him that I wasn’t able to get to them. I was out of town, but a friend of mine that was a neighbor at the apartment complex picked him up. We started easing into texting. Like we talked about before, I was like, “Oh, I’m not supposed to be texting yet.” It just seemed like the right time to try to ease into it. Everybody finish your no contact.

Chris Seiter:
Well, you had already finished one too. The optics are a little different when you have to redo it again.

Grace:
Then I also too, didn’t want him to see what you’re talking about too. Him to see, “Oh, it’s been exactly a month again.” I didn’t want him to start putting those things together.

Chris Seiter:
You want some variation, for sure.

Grace:
I started texting him. Things were rocky. I was trying to reel in my anxiousness. He did talk to me and admit that he stayed with this other girl. He admitted that to me finally. He swore up in there on everything that nothing happened. He didn’t touch her. It wasn’t like that. It was literally just a place to say, a room to be in, to save money. Get his apartment, all that stuff. I still didn’t like it.

Chris Seiter:
You don’t have to.

Grace:
It was just a point where I had to tell myself for a while. I was like, “Okay, do you have… I felt disrespected. Could he do it? We were broken up, but I felt really disrespected. I had to tell myself too, or remind myself, you got to make the decision. You got to be with him or don’t be with them. You got to be able to get past it and be there or don’t be with them. This decision you’ve got to make. Which is something that when I had my second coaching call with Anna, she helped me realize too. She was like, “What would you tell a friend of yours in this situation?” I said that exact advice. She’s like, “Okay, if you’re mad about it, and you don’t want to be with them then don’t. If you’re going to, then you got to forgive them before.” I chose to do that, even though it was difficult. Things were rocky a little bit.

Grace:
I was anxious, but I started learning. I started going through really the follow-up email that Anna sent me with the dealing with my anxious attachment styles and stuff like that. When he would get overwhelmed and say, “I don’t know if I need to do this.” I would start feeling like he was going to be avoidant and either cut or shut us down, or he was going to just back off. I would take the lead, and I would say, “You know what? You’re seeming like a little overwhelmed or really stressed out right now. Why don’t you take tonight do this or do whatever.”

Chris Seiter:
(crosstalk 00:45:51).

Grace:
Text me when you feel better. Then, another thing that Anna showed me was if the conversation, because sometimes he would steer the conversation. He’d start getting stressed out and he would just steer the conversation and say, “We’re not back together yet. I don’t want to lead you on.” He would start turning the conversation like he was going to end us. I would say, “You know what?” Anna would tell me to take over, take the wheel, I guess, from in the conversation. I would do that. I would basically do the same thing. I’d be like, “You know what? I want to take some space. Let’s take some space.” Finally, after I did that two or three times, he was like, “Oh my God, I just appreciate you so much because I feel like you’re really learning me.”

Chris Seiter:
That’s fun.

Grace:
I feel like you’re really learning me and you’re just… I see this change in you. You’ve just realized exactly when I need some time and you don’t have your grip on me whenever you feel like something’s not going right. That really helped a lot. It was a huge game changer. Then at that point we just started… We were just working into being together again. I did get anxious to myself, not to him a few times about the amount of it was taking for us to be official again. I just gave myself an internal deadline. I’d seen in the group, if you have a deadline, don’t give it to him. Don’t put that pressure on him, which I don’t think would have been good if I would have done that. I just gave myself an internal deadline, which was Halloween of 2020. He was cutting it close. He had about 10 days.

Chris Seiter:
How did you swing it? How did the actual official title get re-bestowed?

Grace:
It was weird. It happened without saying it at first. We went to a friend of mine’s birthday party, and he said something. I was like, “Well, you’re not my boyfriend.” I was like, “We can go together, but we’re just hanging out.”

Chris Seiter:
We’re just like better than friends, a little bit.

Grace:
He was like, “Oh my God. Allez. You know that we’re together.” I was like, “Oh, really? How would I know that? What do you mean I know that we’re together?”

Chris Seiter:
Nice job, Grace. I love the attitude, the tone of that. That worked really well. What did he say then?

Grace:
I was actually moving into a different place. I was really excited about it. It was much better than my last place, which was a nightmare. He knew all of the terrible experiences that I had in my last place. He was really excited for me to get out and just have a fresh start in this new place. When I moved in here, it was the end ish of October, beginning of November. I moved in here, but I didn’t have all my stuff in until maybe the little after November started. My birthday’s in November. My birthday is mid November. Maybe a week before my birthday, when I was fully in here, he brought me a bouquet of roses for my new place. He got me a Tiffany necklace for my birthday. That was the okay. We’re together. It was a big moment for him too, because he was like, “I’ve never bought a girl jewelry before. You don’t understand.”

Grace:
He just in the month of October, I don’t know what it was. It happened. Like I said, it was just like a blessing that… It must’ve just been a mixture of everything building up, but he really committed. He changed like that avoidant… The avoidant is pretty much gone with him, or his behavior, the way whenever he was avoidant. I think it must have just been me giving him the space because-

Chris Seiter:
You could have learned, you’re the avoidant whisper at that point. You’ve had a lot of practice going in.

Grace:
The last thing that we went through right before we were official again was we had struggled when we were together before with him having me meet his family. He would always say, “Oh, let’s go do this and do this with my family,” which they live about two hours away. He would say, “Let’s go do this and do this with my family.” Every time the day would come up, he would have an excuse not to. He’d be like, “Well, I don’t have the time because of this. I don’t feel good,” or whatever would be. This happened maybe beginning of October, and I got upset. I said, “This always happens. You always say that you are going to do this, and this is a perfect opportunity because your sister who was out of state is here with your parents. You keep saying that you’re going to do this and then you don’t.” Then I took it to the group and Anna and Christie-

Chris Seiter:
Christie.

Grace:
Both responded. They were like, “Hey, you have to be patient.” They were like, “You got to let him do this on his time because-

Chris Seiter:
Especially with avoidant.

Grace:
They were like this is his family. This is his thing. You got to let him make this decision. You can’t put this pressure on him because as much as you may deserve this or whatever the case may be, it’s his family. He’s got to make that decision. Anna made me feel really better or a lot better too when she said, I don’t think that it has anything to do with you because she knew about his personal things when we talked and all. She was like, “I really don’t think it has anything to do with you. I think it has to do with his personal issues that he’s had going on.” That helped ease me a lot. I ended up talking to him and saying, “You know what? I’m really sorry. That’s your family. Whenever you want to take me or whenever you want to do that, that’s going to be up to you.” Then once I gave him that decision, he turned around. He went the next day. By the time he was there for two hours, he ended up calling me, begging me to come.

Chris Seiter:
That’s beautiful. There’s a lot that goes… We’ve got about five minutes left, but I want to say one thing about the family meeting thing, at least my perspective on it, and then ask you one question.

Grace:
Sûr.

Chris Seiter:
I’m sure you have better things to do than sit here for hours and-

Grace:
I’m probably talking your head off.

Chris Seiter:
No, you’re fine. That’s what the interview is. What’s really interesting to me about the family dynamic is a lot… I think it weirdly works in your favor extremely well by you getting upset and then sort of taking it to the group and then having the group basically say, “No, that’s his family.” Then you literally word for word, telling him. Maybe the narrative he’s thinking in his head, which is like, “Wait a minute. This is my family. This isn’t your family.” You even just putting him out there, he has this clarity of understanding like, “Oh, she gets me.” Then you find that opening up. You actually find that a lot in the book Never Split the Difference. I don’t know if you had a chance to read that, but.

Grace:
I’ve been told to, but I need to.

Chris Seiter:
I think it’d be right up your alley because it’s by a guy by the name of Chris Voss. He’s an FBI hostage negotiator. What’s interesting is the beginning of the book starts with him being interviewed at Harvard. He’s just blowing these Harvard professors minds. They’re like, “How is this working? This isn’t fitting in our psychology books.” He’s like, “Well, we’ve just been for the past 50 years, looking at what’s working for police in the field.” One of the things they learned is tactical empathy, which is labeling someone’s exact emotions to their faces. If you’re able to find out what his narrative is, and repeat it back to him, they open up to you. I think weirdly enough, it worked in your favor extremely well by you just be seeing like, “Oh, it’s your family, whenever you want to do that.” Then look immediately… It’s like, wow, she gets me. My question for you before we end is when you look back on everything that you did, what do you think was the most important factor for your success?

Grace:
I think it was learning patience. I’m not a very patient person, so-

Chris Seiter:
That’s a really good answer. I haven’t heard that one actually, which is ironic because almost everyone is impatient when they go to (inaudible 00:55:01).

Grace:
That’s what I had to be reminded with the whole family thing is well Anna and Christie were both patients. That was Christie’s exact words, was patience grasshopper.

Chris Seiter:
She’s Australian. She gets some of those-

Grace:
Anna would tell me every time we spoke. She’d be like, “Be patient.” I learned that with both of the no contacts. Obviously I’m sure you hear it all the time. I was not a fan of doing a no contact. I was like, not talking to him for a month. Excuse me, he’s going to have three girlfriends, four babies by the time this is over with.

Chris Seiter:
Four babies. You went there.

Grace:
I was like, no way. Once I was patient, and I went through that and then patience with giving him the space. Like you said, just letting him know that I’m just sympathizing with his feelings or empathizing may be a better word.

Chris Seiter:
Yeah, empathizing.

Grace:
With his feelings and just letting him know that he could have those feelings and I’m not going to be just overbearing the time just. I think patience was the biggest thing.

Chris Seiter:
Well, what’s interesting about the whole thing, and I promise I’ll leave here soon. A lot of times I think you hear from ex’s, you get back. Your ex literally says to you like, “Wow, you seem different.” The reality is though you’re just more aware of like, “Oh, I have these anxious tendencies. I need to not be so anxious. I need to let him be… Allow him to have his feelings with me without me trying to like, fix it.” Then that appears to them that you’re this whole different person when really you’re just a little bit more self-aware of these are my tendencies.

Grace:
I did definitely recognize it.

Chris Seiter:
Grace, I just wanted to say thank you so much for coming on and doing this. I really appreciate it.

Grace:
Of course, thank you for having me. I love being able to help anyone that I can. I’m pretty excited.

Chris Seiter:
You gave maybe the best interview ever for coaching period. I called Anna on this. I called Anna on this. Just thank you.